Une séance de littérature en GS avec Les Belles Histoires

Chacun sait qu’il ne suffit pas d’apprendre à déchiffrer pour savoir lire, encore faut-il être conscient de son activité de lecteur. Construire chez les enfants une posture de lecteur avant même qu’ils apprennent à lire est l’une des tâches de l’enseignant de maternelle dans le travail sur l’entrée dans la littérature.

Parmi les stratégies pédagogiques innovantes qui ont déjà fait leurs preuves, il y a celles qui consistent à les transformer en chercheurs de sens, en enquêteurs. Pendant la lecture de l’histoire l’enseignant les amène à reformuler ce qu’ils ont déjà compris, puis à émettre des hypothèses sur ce qui pourrait se passer, en s’appuyant notamment sur les images.

Enfin, la lecture finale du texte leur permet de vérifier la pertinence de leurs hypothèses. Il s’agit bien là de compréhension, et non pas d’interprétation d’une histoire. Voici une vidéo tournée dans une classe de grande section, où l’on assiste à la phase de déduction-compréhension du texte par les élèves. Sophie Warnet, PEMF dans la Drôme, travaille à partir d’un numéro du magazine Les Belles Histoires.